Les Ragots de la Taverne #5

Hello There !

Quelle semaine, mais quelle semaine ! Mais allez-y entrez. Je vous sers votre café. Par contre essuyez-vous les pieds, on est dans une taverne ici, pas un de ces pubs anglais à bière avec les poches qui vont avec. Cultivons le raffinement aussi bien que mon café l’est sous les lattitudes ensoleillés.

Certaines ont osé parler de bar en ce qui concerne mon honorable établissement. Jamais ses chèvres ne rentreront chez moi c’est sûr. Mais je trouve qu’il y a du panache dans son bilan, à défaut de café. Et j’aime son allusion à peine voilée aux pratiques commerciales d’aujourd’hui qui consistent à publier un auteur non pas pour la qualité de ses textes, mais parce qu’il représente une minorité, ou un étendard en vogue. Bien évidemment Robin Hobb n’est pas un homme. C’est une femme aujourd’hui… mais qui était un homme avant ! Ah, le transgenre. J’ai rien contre puisque je suis pour la liberté de chacun vous le savez. Par contre, ce que je n’aime pas, c’est qu’on me bassine avec les particularités de chacun. On ne peut pas foutre la paix aux gens, minorité ou pas ? Je suis rôliste. Je fais partie d’une minorité, pourtant je ne brise pas menu les rouleaux des gens pour que les ouvrages de jeu de rôle soient mieux représentés dans les librairies. Et je pourrais. Il y a bien des livres de cuisine, des livres de bien-être, des livres de sport, des livres sur les bagnoles, alors pourquoi pas du JDR ? Pour moi, chacun a le droit de vivre ses aspirations, ses rêves, ses envies comme il l’entend à partir du moment où sa liberté n’empiète pas sur la liberté des autres. Lorsqu’on tente d’imposer son mode de vie, sa vision, on devient ce qu’on tente de combattre bien souvent. En parlant d’inclusivité et de Dragons. L’ancien, plus si vénérable, a choisi que son trésor sous Erebor n’était pas suffisant. Je ne vais pas rentrer dans des détails juridiques complexes et sûrement de peu d’intérêt pour vous, mais pour la faire courte, Wizard of the coast, l’éditeur du jeu de rôle le plus célèbre, revenu à la mode après une sacrée traversée du désert grâce à des séries comme Stranger Things, a décidé que dorénavant tous ceux qui utilisent l’Open Game License (un document qui permet d’utiliser gratuitement une partie du système de jeu) devrait payer des royalties en fonction de leurs revenus. Et pour justifier leurs intentions ils invoquent quoi ?

L’inclusivité..

Pathétique est le mot qui me vient à l’esprit. Sous couvert de l’inclusivité, qui est un joli gros arbre derrière se cacher ou encore un magnifique fourre tout pour justifier ses actions mercantiles ou politiques, ce dragon aux écailles rutilantes, en oublie ceux qui lui ont permis de continuer à exister. C’est le rescapé qui assassine son sauveur, le naufragé qui empoisonne l’équipage qui l’a récupéré en mer. Pour ma part, cela fait déjà longtemps que je ne joue plue à D&D mais à d’autres systèmes et mes propres univers. N’empêche que je suis écoeuré par tant de cupidité.

Si vous voulez en savoir plus sur la question, je vous renvoie vers l’article de mon confrère Xapur, qui m’a devancé d’une journée (la Taverne n’ouvre pas le samedi) sur la question et qui est bien plus complet.

D’ailleurs n’hésitez pas à parcourir son blog de jeu de rôle, il a plein d’éléments intéressants pour ceux qui ne connaissent pas.

Je me rappelle l’époque où je visitais son blog de voyage dans l’univers du Seigneur des Anneaux sur Lord of The ring Online, alors que j’y jouais aussi..Tiens, quitte à cotoyer des dragons, je vais aller y faire un tour, ceux-ci ne me prennent plus mon argent depuis longtemps, je me suis abonné à vie à ce jeu il y a plus de 10 ans pour 110 €, et j’ai fait une affaire.

Bonsai !

Edit: Je tiens à préciser que sous couvert de Troll – des Cavernes – , Robin Hobb a bien voulu, à l’insu de son plein gré, servir de référence à mon propos. Je suis un grand fan de ce qu’elle écrit, ce qu’elle véhicule, de sa vision du monde. Pour autant, j’avoue que quand j’achète un livre, je ne suis pas en train de calculer si c’est un homme ou une femme qui l’a écrit, parce que le talent et l’intelligence du propos n’ont pas de genre, de couleur de peau, d’inclinaison sexuelle. Sur ce, bon dimanche !

3 réflexions sur “Les Ragots de la Taverne #5

    • De rien, je suis comme toi, passionné de jeu de rôle et de fantasy. Je t’ai découvert à l’époque des voyages de Xapur dont je ne manquais jamais un article. Comme tu dis, vive Lotro ! Tant d’année passé là-bas, même si aujourd’hui je n’y suis plus trop. Ça me manque parfois, les aventures, la commu. Mais j’essaye de vivre d’autres aventures autour d’une table 😉

      Aimé par 1 personne

  1. J’adhère à tes propos, et partage ton agacement.
    A l’image du choix de tes lectures, je ne suis pas motivée par le sexe de l’auteur, ni sa nationalité et encore moins parce que nous allons traiter une minorité, un traitement majoritaire dans les dernières sorties littéraires… Seuls le talent, l’idée du voyage et le résumé participent à mes choix.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s