Chronique Musicale: On the 13th Day (2012) de Magnum

Ami du Rock bonjour!

Nous voici avec une revue particulière, puisqu’il s’agit d’un groupe anglais de rock progressif quasi méconnu en France. Je veux parler de Magnum (à ne pas confondre avec la bouteille de champagne ou le détective moustachu…pour les plus vieux d’entre nous). Je ne retracerai pas ici la longue carrière du groupe qui existe depuis 1976, peut-être dans un prochain article. Alors pourquoi cet album en particulier? Parce qu’alors que je l’avais acheté à sa sortie , je n’en avais pas gardé un souvenir impérissable lors de ma première et unique écoute en 2013. Je l’ai ressorti dernièrement, nostalgique, la personne m’ayant fait découvrir ce groupe magnifique venait de partir rejoindre les anges du Rock n’ Roll. Et je ne le remercierai jamais assez, par delà les étoiles scintillantes, balises signalétiques de la Highway to Hell chère à AC/DC, de m’avoir ouvert les oreilles comme cela!

Le groupe pour cette album est composé de :

  • Tony Clarkin — guitar
  • Bob Catley — vocals
  • Al Barrow — bass guitar
  • Mark Stanway — keyboards
  • Harry James — drums

Clarkin, Catley et Stanway sont des membres quasi permanent du groupe, les deux premiers en sont les fondateurs. Et c’est le guitariste-compositeur,Tony Clarkin, qui écrit tout, tout seul depuis des années, la voix de Catley magnifiant ces lignes de guitares aux mélodies caractéristiques. alors avant de rentrer dans l’analyse voyons la « set-list » de l’album.

No.TitleLength
1.All the Dreamers7:09
2.Blood Red Laughter4:40
3.Didn’t Like You Anyway4:33
4.On the 13th Day5:36
5.So Let It Rain4:50
6.Dance of the Black Tattoo5:17
7.Shadow Town5:57
8.Putting Things in Place4:41
9.Broken Promises4:53
10.See How They Fall4:57
11.From Within4:42

Analyse des chansons :

L’album, le dix-septième du groupe, sorti donc en 2012, démarre sur deux bons titres, solides, purs classiques du groupe, sans réelle prise de risques. Après ça me convient parfaitement, si ça marche pourquoi s’en priver! Les choses sérieuses commencent avec I didn’t like you anyway (tiens prends ça dans les dents!), une composition originale aussi bien dans sa mélodie grinçante que dans son titre, direct comme un crochet du droit en pleine face. Le clou de cette première partie d’album (ou face A comme on disait dans le temps 😉 ) est sans conteste le titre éponyme, qui casse la baraque. J’adore son refrain, une rythmique tout en syncope et enlevée qui nous emmène là où seul Magnum sait le faire. Let it rain, qui suit, n’est pas un mauvais titre loin de là, mais le refrain style woho paraît bien terne comparé au morceau précédent, il faut mettre quand même à son crédit la mélodie de piano et son rythme bien sympathique. Dance of the black tattoo, le 6e morceau de l’album, est peut-être le premier titre Heavy Metal du groupe, en tout cas c’est en tant que tel qu’il fut classé dans les charts britanniques. Au passage, cet album s’est classé 3e des ventes UK  dans la catégorie Rock lors de sa sortie…pas si mal. Shadow town nous propose un solo très « Clarkinien », de toute beauté. Ce guitariste reste, somme toute, très sous-estimé tant son jeu fluide et précis peut transpercer n’importe quel cœur. La ballade de l’album, Putting Things in place est un poil en dessous de ce qu’ils ont pu faire auparavant, mais reste respectable. Et puis nous avons droit à un final très punchy avec de bons gros riffs de guitares au son bien accrocheur comme une cotte de métal (et non de maille! mais c’est la même matière, yeah! ) qui s’agripperait à vos vêtements pour vous secouer la tête dans un mouvement rendu célèbre par Mike Myers dans Wayne’s World.  From within, le dernier morceau est une semi ballade, bien plus sympathique que Puttin Things in place. Certaines sonorités me rappellent l’album de la renaissance, Princess Alice and the broken Arrow (2007) et clos cet opus d’une bien belle façon. Au passage, l’album susnommé était le retour de Rodney Mattews à la conception des pochettes du groupe. Son style emblématique de la musique du groupe, inspiré de la fantasy britannique et de Moorcock entre autre, à souvent fait mouche, mais je dirais que pour celle-ci, il est malheureusement passé à coté de son sujet, les fans ayant mal accueillis cette pochette. Pour ma part, les couleurs et le personnage m’ont amusé et je l’ai trouvé originale.

Voyons donc les notes de cet album que je n’aurais pas dû remettre si vite dans mon étagère à CD.

Notes titres
4/5 1. All the Dreamers
5/5 2. Blood Red Laughter
5/5 3. Didn’t Like You Anyway
5/5 4. On the 13th Day
3.5/5 5. So Let It Rain
4/5 6. Dance of the Black Tattoo
5/5 7. Shadow Town
3/5 8. Putting Things in Place
5/5 9. Broken Promises
5/5 10. See How They Fall
4/5 11. From Within

Moyenne de l’album : 

4,41/5

Une très belle note pour un album considéré comme le plus rock de Magnum parmi  leur discographie si dense. Pour ma part ma préférence (malgré, ici, une très belle note) ira toujours vers leurs premiers albums (nostalgie va-t-en!), mais nous en parlerons une prochaine fois!

Comme d’habitude on se quitte avec un petit extrait du groupe et de l’album :

rock on!

Auteur : Onos T'oolan

Lecteur assidu depuis l'enfance, je suis également rôliste, wargamer, un peu auteur à mes moments libres et fan inrockuptible de Rock et de Metal. Je me situe quelque part entre rêve et réalité, entre mes univers.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s