Revue Littéraire : La conjuration Primitive de Maxime Chattam

En attendant de vous présenter mes chroniques sur Le 5ème règne et Autre-Monde de Maxime Chattam , je profite d’être encore à chaud sur ce roman que je viens juste de terminer, pour en faire ma revue littéraire. Il y a des œuvres que l’on digère plus ou moins vite, pour diverses raisons (bonnes ou mauvaises). Celle-ci fait partie de la première catégorie.

Résumé (4ème de couverture) :

Et si seul le mal pouvait combattre le mal ?

Les enquêteurs les surnomment La Bête et Le Fantôme… Si les meurtres qu’ils commettent ne se ressemblent pas, leur sauvagerie est comparable. Et que penser de cette mystérieuse signature commune – *e – qui écarte la piste de serial killers isolés ? Les tueurs se connaissent-ils ?
Mais bientôt, La Bête et Le Fantôme ne sont plus seuls. Les crimes atroces se multiplient, d’abord en France, puis à travers l’Europe tout entière.
La prédation à l’état brut. Une compétition dans l’horreur…
Pour tenter d’enrayer cette épidémie, et essayer de comprendre : une brigade pas tout à fait comme les autres, épaulée par un célèbre profiler.

Mon avis :

Un bon livre, technique, bien construit, propre.

Maxime Chattam n’est plus un auteur en devenir, on ne le présente plus. Depuis maintenant 15 ans, il est un des auteurs préférés des français qui raffolent d’une manière générale des thrillers policiers. Pour ma part, je ne l’ai pas découvert avec ce type de récit, que je lis peu voire pas du tout, mais avec Autre-Monde, un livre de fantasy.

J’avoue me sentir proche de l’auteur d’une certaine manière, puisqu’il a environ mon âge, ce qui implique donc les mêmes références culturelles de jeunesse, il est rôliste tout comme moi, et aime les Giants de new-York… Bon, d’accord, moi je supporte les Raiders d’Oakland, mais ça reste du football américain. Il a également passé son adolescence à lire le maître : Stephen King. Et pour ce que j’en sais, musicalement, il aime les BO de films et le metal. Beaucoup de points communs pour le coup, et si nous étions amis, nous aurions sûrement de longues conversations le soir dans l’obscurité, au milieu des fantômes et autres terreurs nocturnes.

C’est donc au travers des pages de L‘Alliance Des Trois, le premier tome de sa saga Autre-Monde, que j’ai découvert la plume de cet auteur que j’apprécie particulièrement. Bien évidemment, le livre étant orienté ado, pas de cadavre en putréfaction ou de crime obscène. Mais je savais que quelque part sous les couvertures de ses autres livres, la mort se faisait sentir, violente, abjecte, dénuée d’humanisme.

Une amie m’a conseillé celui-ci en me disant d’un air extatique « oh mon dieu, La Conjuration Primitive, c’est un must! »

Ma femme l’a lu cette été avant moi et en est ressortie conquise aussi. Il était donc temps de s’y mettre.

Passées les premières pages où je n’ai pas lu plus vite que la moyenne habituelle, mais où j’ai pu apprécier la première description, pour ce qu’elle est, un chef d’oeuvre, très vite je me suis retrouvé comme les personnages, à courir en avant dans le livre pour découvrir la vérité. Mais quelle vérité?

La vérité en tout cas, c’est que l’auteur maîtrise parfaitement son style. Propre, efficace, des descriptions minutieuses, précises, et surtout très imagées. Son récit est très documenté, ça se sent, et à aucun moment on ne remet en cause les faits, les lieux ou les pratiques policières qu’il nous décrit. La structure est comme une course contre la montre entre la police et les tueurs et nous voyageons dans plein d’endroits différents, plus vivants que nature. Ça c’est pour la forme.

Pour le fond, l’histoire en elle même, au delà des considérations techniques inhérentes à une enquête policière, est très intéressante aussi. Maxime Chattam sait nous faire réfléchir. Il se pose des questions (souvent les mêmes que moi!) sur la nature humaine, notre évolution, et tente d’y apporter une réponse, ou du moins de mettre en lumière certains aspects de l’être humain que nous refoulons tous la plupart du temps, afin que nous prenions le temps d’y réfléchir… pour qui s’attarde trente secondes à réfléchir en lisant (oui c’est un autre débat je sais, mais il existe des gens qui lisent sans forcément que la lecture déclenche chez eux des questionnements…si si.). Bref, un livre qui a tout du livre parfait pour passer un bon moment, si on aime les thrillers et que c’est notre genre. De plus on y trouve des références historiques sur la seconde guerre mondiale, période de l’Histoire aux nombreuses controverses s’il en est, qui n’ont pas été pour me déplaire, moi qui aime cette période.

Et si on n’aime pas les thrillers? Ou que ce n’est pas forcément notre genre préféré? Et bien, vu que c’est mon cas, je vous propose qu’on approfondisse l’idée..

Mais…

Je ne suis pas un grand lecteur de thriller, ce qui signifie que bien souvent je ne les finis pas… ou pire! Je ne les achète pas. Moi, mon trip, ma came, c’est le fantastique l’horreur, la fantasy ou le récit historique. Alors pourquoi tenter l’aventure? Parce que j’aime beaucoup l’auteur, qu’il m’a déjà prouvé l’étendue de son talent aux travers de deux autres œuvres, et qu’on m’a vivement conseillé ce récit. Et je vais le dire avant d’aller plus loin, ce livre ne remet en aucun cas en cause mon attachement à l’auteur ni à son travail, parce que c’est un bon livre, dans l’ensemble, pour toutes les raisons citées précédemment. Seulement, je suis un lecteur qui a un besoin profond de s’attacher aux personnages et aux buts de l’histoire. Hors dans ce thriller, les personnages principaux, hormis un seul, sont sans saveur. Du moins, je ne m’y suis pas attaché. Je sais, il est facile de critiquer, (c’est vrai!) surtout quand on est assis derrière son écran, bien anonyme, et qu’on a parfois du mal à écrire soi-même trois lignes, mais ce qui m’a toujours porté dans une histoire, ce sont les personnages et mon attachement pour eux. Souvent on s’identifie à ces héros qui partagent notre vie le temps d’une lecture et même on apprécie de les retrouver, si l’auteur choisit de poursuivre l’aventure dans d’autres romans. On souffre avec eux, on rit avec eux. Le meilleur exemple, je trouve, est le personnage de Robin Hobb : Fitz. Elle a su nous le rendre attachant bien qu’il nous énerve parfois. Stephen King dit dans son livre Écriture qu’il ne bâtit jamais d’intrigue, qu’il met juste des personnages en situation. Parce que le lecteur s’intéresse bien plus aux personnages.

Dans La Conjuration Primitive je n’ai eu cette attachement que pour Richard Mikelis, le criminologue, car il a une vrai profondeur, il est noir par moment. Pour les flics de l’enquête, j’ai vu venir de loin la rupture du milieu du livre, et aucun ne m’a particulièrement ému. Ils sont bien campés pourtant, avec chacun leur distinction propre, mais il ne sont pas assez approfondi à mon sens, malheureusement. Ce qui explique peut être les suites que Maxime Chattam a écrit, il n’en avait sûrement pas fini avec ses personnages, il avait encore des choses à leurs faire vivre, à raconter sur eux.

Un autre personnage a attiré mon attention à la fin du livre, et bien qu’on ne le voit que pendant 2 pages, lui, en tout cas, dégageait quelque chose d’assez fort pour que je me décide à le retrouver très prochainement… Attention, j’essaie de livrer ici des revues sans spoiler, ce qui n’est pas simple, et de donner quelques indications à Monsieur Chattam s’il me lit (on ne sait jamais!) pour expliquer mon jugement, mais je ne préfère pas dire de qui il s’agit ici et laisser planer le mystère. À chacun de le rencontrer puis de savoir où le retrouver si vous en avez envie (j’aurais tendance à dire dans une ruelle sombre, le nez au dessus d’un cadavre…)

Et puis c’est mon ressenti, vous n’aurez probablement pas le même : la preuve, ma femme et mon amie l’ont adoré bien plus que moi, ce livre. Probablement parce qu’elles aiment la bidoche, les crimes pervers et les descriptions minutieuses des lésions corporelles d’un meurtre. Désolé, ce n’est pas ma came, comme je vous l’ai déjà dit. Moi ce que j’aime c’est le voyage et ceux qui le font, c’est la psychologie des personnages, leurs motivations, leurs buts, bref les Hommes dans toute leur complexité. Ce qui m’amène à parler du vrai personnage du livre à mon sens, le plus inquiétant, celui qui me pousse à admettre que l’histoire est réussie. C’est un personnage abstrait, mais omniprésent : La psychologie.

Le point fort du livre.

Et c’est bien là que réside le point fort du livre. Au delà de l’aspect technique du récit qui est maîtrisé, c’est la psychologie. Celle des tueurs, tout d’abord. Celle-ci est décortiquée par mon personnage préféré du livre, Richard Mikelis. Une plongée en apnée dans le cerveau malade de psychopathes, orchestrée par un criminologue que j’aurais voulu avec un passé un peu plus opaque, sulfureux, comme le Docteur Hannibal Lecter de Thomas Harris, mais qui m’a suffisamment accroché pour être le personnage phare de ma lecture.

La psychologie humaine de manière générale, ensuite. C’est vraiment sur ce point que Maxime Chattam nous accroche je trouve. Il nous ouvre des portes qu’on préférerait laisser fermer. Chacun pensera ce qu’il veut de la conclusion de son livre. Est-ce que des lieux comme le final de son récit existent? Devons-nous craindre d’être confrontés, un jour, à de telles violences? Des être humains peuvent-ils en arriver là? Voilà le genre de question que l’on peut se poser légitimement à la fin de cette Conjuration Primitive, et bien d’autres, plus personnelles. J’avoue que pour certaines j’ai déjà mes réponses, depuis longtemps… mais ce sera à vous de trouver les vôtres, en lisant ce livre.

D’ailleurs, je me demande si dans les thrillers, les crimes ne volent pas la vedette aux personnages en fait. En total contradiction, finalement, avec l’essence même d’une histoire, ou seul l’humain devrait primer, le voyage personnel et non le but, ou les moyens.  Comme le reflet d’une époque ou l’on préfère les faits divers à leurs acteurs, sans empathie pour ceux qui les vivent. On se revendique de tout, mais on ne retient rien. Maxime Chattam en tout cas maîtrise bien les ressorts du genre, et fait preuve d’empathie, ce qui le conduit à inclure une réflexion globale sur l’humanité, plutôt rare de nos jours.

Ma note sera donc de :

7/10

En tout cas j’espère que cette revue vous a plu, n’hésitez pas à me laisser vos commentaires, remarques et même à me décapiter si vous la trouvez trop acide!

Ne vous inquiétez pas je suis paré! Et puis mes autres chroniques à venir sur le 5ème règne et Autre-monde (qui sont de deux styles différents encore, ce qui prouvent bien la richesse stylistique de l’auteur) seront bien mieux noté croyez moi! Sûrement parce que ces styles de livres m’accrochent plus. D’ailleurs j’attends impatiemment de lire le nouveau Maxime ChattamLe signal, qui lui est un thriller fantastique proche du 5ème règne son premier vrai roman. Mais j’attendrai la version Poche de chez Pocket…pour des raisons de place! allez…

Bonsai!

ÉDITION PRÉSENTÉE: POCKET (2013) (Format POCHE) ISBN: 9782266207065.

Auteur : Onos T'oolan

Lecteur assidu depuis l'enfance, je suis également rôliste, wargamer, un peu auteur à mes moments libres et fan inrockuptible de Rock et de Metal. Je me situe quelque part entre rêve et réalité, entre mes univers.

8 réflexions sur « Revue Littéraire : La conjuration Primitive de Maxime Chattam »

  1. Tu as terminé la série « Autre-Monde » ? 🤭 Je pense qu’effectivement elle aura une meilleure note. Cela dit 7/10 c’est déjà très bien. C’est au-dessus de la moyenne ! 😉

    J'aime

    1. En effet. J’ai mis 7/10 car l’intrigue, le style et le rythme sont bon..mais ça aurait pu avoir plus si je m’étais attaché au personnage. Autre-Monde sera énormément mieux chroniqué je pense. Mais je n’en dévoile pas plus dur ma notation pour le cycle.😉

      Aimé par 1 personne

      1. Cela dit, peut-être que ta note va changer en cours de lecture. 😵 Je ne l’ai pas terminée non plus. J’ai quelques lectures prévues depuis un moment, qu’il faudrait que je rattrape, mais j’ai bien envie de lire le tome 3 de la série « Autre-monde » du coup. 😉

        J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s